Un exemple du travail du forgeur

Principales étapes de forge de la Baïonnette modèle 1728

Dessins réalisés par Marc Adolf

 

Ce travail est effectué d'une part, 
par le forgeur de douilles de baïonnettes,
d'autre part,
par le forgeur de lames de baïonnettes.

 

L'échantillon de fer, chauffé à blanc, est grossièrement équarri
et réduit sur une longueur de 2 pouces

 

Perfectionnement du coude entre l'étampe et la contre-étampe.
Le coude est ensuite formé sur le bord de l'enclume.

Une chaude à demi blanc permet d'étaler la matière sur les côtés.

Chauffée au rouge cerise, la douille est ensuite roulée
et façonnée autour d'un mandrin.

La pièce est portée au blanc suant
afin de souder les deux bords chanfreinés.

Chauffé au rouge cerise, le corps de la douille est perfectionné
entre l'étampe et la contre-étampe.

Une chaude à demi blanc permet d'allonger la maquette de la lame
sur environ 6 pouces.

La maquette chauffée au blanc suant
est soudée à la masselotte de la douille.

Chauffée au rouge vif, la lame est ébauchée sur l'étampe.

Plusieurs chaudes au rouge cerise permettent de finir les formes de la lame
entre l'étampe et la contre-étampe.